Je crée ma boite : L’EIRL, L’EURL et les autres statuts juridiques

La première partie de notre volet “Demain je créé ma boite” portait sur le statut de l’autoentreprise (et ses réformes à venir via le Gouvernement d’ici la rentrée); dans cette seconde partie, Stéphanie Benlemselmi développe les statuts de l’EIRL, l’EURL, la SARL et les différents accompagnements connexes à la création d’entreprise (portage salarial, couveuses d’entreprises). Stephanie est dirigeante d’ARH Conseil, professeur et auteur. Qu’Allah la récompense de partager ses savoirs avec nous.

Evolution entreprise emmanuelprenot.canalblog

Evolution entreprise emmanuelprenot.canalblog

L’EIRL

L’EIRL a vu le jour il y a quelques années, son sigle signifie “Entreprise Individuelle à Responsabilités Limitées” et se distingue de l’autoentreprise au niveau du patrimoine de l’entrepreneur : celui-ci est protégé et n’est pas engagé dans les risques liés à la vie d’une entreprise. Son “patrimoine” entrepreneurial comprendra donc ses biens matériels (exemple : ordinateur, imprimante, mobilier de bureau, fournitures, …). La déclaration administrative et financière de ses biens se fera directement au CFE (Centre de Formalité des Entreprises) de votre secteur géographique.

L’EURL

L’Entreprise Unipersonnelle à Responsabilités Limitées est dirigée par un seul gérant (statut de travailleur non-salarié) tout comme l’EIRL; elle s’adapte à tous projets, sous conditions de formalisme de constitution et de fonctionnement (rédaction des statuts, enregistrement, publicités légales : 160 € environ, et immatriculation au RCS : 83.96 €). Créer une EURL n’est pas soumise à un capital minimum : les montants sont fixés librement; attention, les responsabilités du dirigeant sont les suivantes selon deux possibilités de statuts :

  1. en qualité d’associé unique : la responsabilité est limitée aux apports
  2. en qualité de dirigeant : responsabilité civile et pénale

Les avantages de l’EURL sont multiples, notamment la structure évolutive (accueil d’un nouvel nouvel associé par exemple, ou encore la transformation de l’EURL en SARL), les responsabilités sont limitées aux apports, choix du régime fiscal, et simplicité de fonctionnement); les seuls inconvénients sont liés aux différents frais et au formalisme de fonctionnement.

LA SARL

Société A Responsabilités Limitées : celle-ci est constituée de 2 associés minimum (100 maximum). Il n’y a pas de capital minimum, toutefois, l’expert comptable de l’APCE conseille de verser un capital à la création de la société, d’un montant supérieur ou égal à 7500 euros pour plus de crédibilité : en effet, les informations juridiques sont public, mettez-vous à la place d’un client : est-ce qu’une SARL avec un capitale de 500 euros vous inspirera confiance ?

Les avantages de la SARL sont bien évidemment la responsabilité limitée aux apports et la possibilité pour le gérant de bénéficier d’une couverture sociale. Ce qui caractérise la SARL des 2 autres statuts vu précédemment est notamment les Assemblées Générales Ordinaires qui ont lieu au minimum 1 fois par an, celles-ci permettent de valider les comptes et de discuter de décisions à prendre concernant le développement de la société. Quant aux Assemblées Générales Extraordinaires, celles-ci ont lieu uniquement lorsqu’il s’agit de modifier les statuts.

LE PORTAGE SALARIAL

Le portage salarial est une alternative à la création d’entreprise, en minimisant les risques; souvent, les activités de services telles que la formation par exemple, se retrouvent bien dans le fonctionnement du portage salarial. Il s’agit d’une “semi-indépendance” caractérisée par le fait que l’on est “indépendant-salarié” de la société de portage. Concrètement, vous souhaitez vous lancer en tant qu’indépendant mais vous ne voulez pas gérer la partie administrative et comptable de votre activité, vous contractez donc avec une société de portage qui établira vos factures et vos autres documents administratifs par la même occasion ! la contre-partie sera la commission que la société de portage retiendra sur votre chiffre d’affaires.

LA COUVEUSE D’ENTREPRISE

Une couveuse d’entreprise est une structure qui peut vous servir de “parent” le temps de créer et de rendre viable votre projet d’entreprise.

En effet, une couveuse d’entreprise vous apporte un accompagnement à la création, avec des formations, des informations, de l’aide dans la réalisation de votre étude de marché et de votre business plan, du suivi de votre comptabilité, de votre développement commercial, … vous pouvez rester en couveuse pendant 3 ans, après il vous faudra créer “en vrai” votre structure, choisir votre statut juridique de manière judicieuse et continuer votre aventure entrepreneuriale seule. Pour trouver une couveuse près de chez vous, rendez-vous sur le site de l’Union des Couveuses.

Voila, maintenant vous avez toutes les cartes en main pour vous lancer, alors quel statut juridique correspond au mieux à votre projet ? Entre l’autoentreprise, l’EIRL, l’EURL, la SARL, le portage salarial ou la couveuse d’entreprise, vous avez le choix ! faites le bon car choisir son statut juridique lorsque l’on créé est une stratégie au même titre qu’un plan de communication : cela doit être réfléchi afin de na pas avoir de mauvaises surprises les premiers mois du démarrage : l’objectif est de pérenniser votre affaire !

Sources : “Mompreneur : être maman et créer son entreprise”, Stéphanie Benlemselmi, édition du Puits Fleuri
Les commentaires facebook