« A travers nos interventions, nous transmettons plus que de simples informations juridiques, nous partageons une vision. »

AIkonsulting, qui n’est autre que l’entreprise de notre chère rédactrice Dora Diop, sponsorise la deuxième édition de la quinzaine des entrepreneuses musulmanes en offrant 6 mois de consulting juridique (rédaction de contrat, rédaction juridique, accompagnement, etc.) à l’une des dix femmes sélectionnées, un très beau prix. Qu’Allah récompense son geste et lui accorde Sa bénédiction dans son affaire !

Salam alaykoum, pouvez-vous vous présenter :

AIKonsulting est une société réalisant des expertises notamment en droit de la Propriété Intellectuelle & NTIC, et dispensant des formations tant  dans le domaine précité que dans d’autres domaines (droit des affaires, droit civil…).
Notre ambition est de fournir à nos clients une expertise juridique de qualité, mais également de les former à la rédaction de courriers à teneur  juridiques ainsi qu’à la rédaction de contrats. L’accompagnement que nous offrons notamment aux jeunes entrepreneurs, c’est une manière de voir l’entrepreunariat autrement ! A travers nos interventions, nous transmettons plus que de simples informations juridiques, nous partageons une “vision”.
aikonsulting

Pourquoi avez-vous accepté de sponsoriser la Quinzaine des Entrepreneuses Musulmanes ?

Nous suivons Akhawate Business depuis plusieurs mois déjà, et c’est avec un certain intérêt que nous attendions la prochaine édition de la  quinzaine des entrepreneuses, afin de faire partie cette année de l’aventure ! Des femmes courageuses, motivées et pleines d’ambitions portant  des projets ambitieux parfois novateurs. Faire partie de l’aventure c’est aussi respecter notre “vision”.

Selon vous, qu’est ce qui attend le jeune entrepreneuriat musulman? Quels sont nos défis, nos enjeux et nos espoirs ?

Le jeune entrepreneur se heurte à des blocages ou des barrages notamment juridiques qu’il lui faut surmonter s’il veut pouvoirs bénéficier des  avantages des législations ! En effet, les législations changent et les entrepreneurs doivent s’adapter. En tant que professionnel de la Propriété  Intellectuelle & NTIC c’est notre lot quotidien. Une veille est indispensable !
Quand aux défis… il faudrait, réfléchir en business. C’est assez bâteau comme réponse mais le problème, c’est qu’il y a, à la fois un complexe  et un manque de connaissance de l’entrepreneur. L’entrepeneur musulman doit comprendre qu’il n’y a pas d’intérêts antagoniques entre vouloir respecter     sa religion (la charria en matière de commerce par exemple) et le fait de réfléchir en “businessman/woman”.
Les défis sont qu’il faut ‘informer et apprendre’ par des formations ou des séances de sensibilisations, pour que les entrepreneurs comprennent que  vouloir générer des bénéfices n’est pas un excès de capitalisme, mais bien le fonctionnement d’une entreprise qui a de grands projets !

Quels conseils donneriez-vous à toutes les femmes musulmanes qui font le choix de l’entrepreneuriat ?

S’armer de volonté, de patiente, et d’une “vision” solide ! Malgré leurs doutes, parce qu’elles en auront, de croire en ce qu’elle font et de toujours se rappeler pourquoi elles le font ! Ce rappel sera leur moteur et nourrira leur(s) ambition(s) !
Les commentaires facebook