Comment faire de mes compétences professionnelles ou de mes connaissances universitaires, un atout pour développer une carrière d’indépendante ?

Souvent lorsque l’on discute avec des porteuses de projets, nous nous apercevons que beaucoup d’entre elles ne savent pas vraiment vers quoi s’orienter dans l’élaboration d’une prestation de service par exemple. Finalement, si on réfléchit bien, les ressources sont en chacune de nous et il est tout à fait possible de faire de ses acquis, en terme scolaire ou universitaire dans un premier temps, un atout fondamental dans la création de son entreprise.

Alors, vous vous posez la question j’imagine : « mais de quoi parle-t-elle ? Ou veut-elle en venir ? »
L’idée que je veux vous soumettre est la suivante : et si vous deveniez formatrice professionnelle ? Et si vous décidiez d’enseigner votre métier ? C’est un vrai business dans lequel il y a matière à faire.

im akb

Les lieux d’enseignement

Et oui, dépoussiérons les vieilles idées que nous avons de l’école ! Il n’y a pas que les collèges et les lycées où l’on trouve des enseignants. Il y a des formateurs indépendants dans les CFA (Centres de Formation des Apprentis), dans les centres de formation privés (de type Pigier par exemple, et au niveau mondial), dans les organismes de formation continue pour adultes (de type Greta, Afpa, Chambres de Commerce et d’Industrie). Il existe une multitude d’établissements où vous pourriez exercer vos fonctions de formatrice professionnelle.
Si votre formation initiale est l’apprentissage d’une langue étrangère par exemple, vous pouvez tout à fait postuler « en direct » auprès de centres privés ou d’établissements qui proposent ce genre de de formations. Ceux-ci ont un besoin constant de formateurs.

Quel niveau de formation est exigé pour prétendre à enseigner ?

Sachez que pour l’enseignement des langues étrangères et des matières dites « classiques », un organisme de formation demandera un niveau minimum bac+3 (équivalent à une Licence) ; et pour les matières dites « professionnelles » et « techniques », un niveau minimum BEP à bac +2 (équivalent à un BTS ou à un DUT) sera demandé ainsi que 5 années d’expériences professionnelles dans le secteur professionnel enseigné.

  • Exemple 1 : vous êtes esthéticienne et vous souhaitez donner des cours de manière ponctuelle car vous envisagez une future reconversion professionnelle dans le domaine de la formation, ou tout simplement, vous avez une forte envie de partager votre expérience avec de futures professionnelles du métier, vous aurez donc besoin de votre CAP et BEP d’esthétique au minimum (un BTS serait fortement apprécié mais pas obligatoire) ainsi que de 5 années prouvant votre activité dans le domaine de l’esthétique.
  • Exemple 2 : vous êtes assistante de direction depuis plus de 5 ans, vous souhaitez former de futurs professionnels du métier, vous pouvez donc enseigner du niveau BEP (Métiers des Services Administratifs) au niveau BTS (Assistant Manager et Assistant de Gestion PME PMI) en passant par le baccalauréat Gestion des Administrations (anciennement nommé Bac Pro secrétariat et Bac Pro comptabilité).
  • Exemple 3 : vous travaillez dans le domaine juridique depuis un certain nombre d’années, présentez-vous auprès d’un centre de formation, vous pourrez tout à fait enseigner l’économie et le droit.

Vous le voyez c’est une possibilité de business à part entière ! Que ce soit juste quelques heures par mois, ou un travail de formateur indépendant à plein temps, c’est un secteur en constante évolution, et vous ferez la différence sur ce marché grâce au nombre d’année de présence et grâce à votre professionnalisme.

Dans la pratique, quelles sont les démarches ? comment faire ?

Etre formateur ne s’improvise pas, c’est un métier à part entière qui nécessite un travail constant et régulier, c’est une attention sur les réformes de la formation professionnelle et continue, c’est une remise en question chaque année, voire à chaque séance de formation car l’une ne ressemble jamais à l’autre !

Les élèves sont tous différents, les publics sont variés, de jeunes en formation initiale à des adultes en reconversion professionnelle, votre approche sera complètement différente pour un même programme. C’est un métier qui nécessite de s’adapter et d’être flexible. C’est un travail qui demande une grande rigueur, chaque jour de cours et une énergie à toute épreuve !

Faire face à un public n’est pas chose aisée lorsque l’on débute dans ce domaine qu’est la formation et l’enseignement. De plus, il est important de savoir que les centres de formation raffolent des contrats d’indépendant ou de CDD à l’année scolaire, c’est donc à prendre en compte dans votre calcul : peu de formations pendant les vacances scolaires (surtout celles d’été).

Si vous vous lancez en tant que formateur indépendant, il vous sera demandé un “sésame” : le numéro d’agrément qui confirme votre statut en tant que professionnelle de la formation. Celui-ci est délivré par la DIRECCTE (c’est régional) et il suffit de leur transmettre votre première convention de formation signée entre vous et votre client, pour que celle-ci vous délivre votre numéro d’agrément formateur.

Vous avez aussi la possibilité d’exercer votre métier d’indépendant en passant par le système du portage salarial… mais ceci fera l’objet d’un autre article.
Retrouvez tous les aspects du métier de formateur professionnel indépendant et de l’enseignant dans mon dernier livre « Enseigner son métier : les fondamentaux de l’enseignement en 30 points essentiels » sorti en août 2014 aux éditions du Puits Fleuri, qui vous donnera toutes les clés pour un démarrage réussi dans vos nouvelles fonctions de formatrice indépendante.

YZhs2 Enseigner_Mise en page 1

Stéphanie Benlemselmi

Entrepreneure, Formatrice, Auteure

Les commentaires facebook