Encore une nouveauté cette année. L’association Akhawate Business a réuni un jury de professionnels pour évaluer les nombreuses candidatures reçues à l’occasion du concours de la Semaine des Entrepreneuses Musulmanes. Cela étonnera certains, effectivement, nous avons choisi d’avoir un jury mixte ! Découvrez qui se cache derrière nos quatre juges…

Fatima Chaabid, chef d’entreprise militante

Fatima a un master spécialisé en management d’entreprise santé ; elle a été chef de projet international pendant 7 ans. Elle se définit comme une “entrepreneure militante” (entrepreneuriat  féminin et économie  sociale et solidaire) et pour cause elle a plusieurs casquettes qui explique sa présence dans notre jury : co-fondatrice et présidente de Équilibre, coach en création d’entreprise et en leadership éthique, et enfin fondatrice de deux entreprises éthiques et solidaires, dans les secteurs de la santé et de la mode. Allahouma barek ! Concernant l’avenir de l’entreprenariat dans la communauté musulmane, elle nous dit :

La dynamique entrepreneuriale au sein de la communauté musulmane en France a pris un essor remarquable ces dernières années : de plus en plus d’hommes et femmes de confession ou de culture musulmane,  osent avec succès l’aventure entrepreneuriale. Notamment  des musulmanes, exclues du marché de l’emploi malgré leurs compétences du fait de porter le hijab, sont d’autant plus motivées et créent avec succès leur propre emploi, respectueux  de leur identité musulmane.
Toutefois, à mon sens , aujourd’hui  la grande  proportion des initiatives reste communautaire, limitée à des  produits/services spécifiques aux musulmans  (vestimentaires islamiques, aliments/restaurants halal , voyages cultuels, écoles musulmanes…), et/ou exclusivement  destinés à une clientèle musulmane ou ethnique, même si parfois elle concerne une offre produits/services à priori “neutres”. Certains vont même « islamiser » ces produits/services, à tors ou à raison d’ailleurs.

Comment j’entrevois l’avenir ? D’abord, j’espère que les initiatives entrepreneuriales qui proposent une offre qui tient compte des besoins et de l’éthique de la  clientèle musulmane continueront à se développer. Mais, même s’il en existe quelque unes, j’espère aussi voir apparaître davantage d’initiatives entrepreneuriales moins communautaires, portant sur d’autres domaines (comme l’innovation) à l’image de l’universalité de l’islam et de ses valeurs humanistes.

Enfin, et c’est à mon sens un des défis d’avenir, l’entrepreneuriat au sein de la communauté musulmane ne doit pas seulement se contenter d’étoffer l’offre (produit ou service, communautaire ou non) mais surtout questionner profondément le processus lui-même et ses outils, l’éthique entrepreneuriale. Afin que l’islam , avant d’être une revendication identitaire de l’entrepreneur-e ou une spécificité de son offre/clientèle cible,  puisse surtout rayonner sur la façon d’entreprendre avec éthique et apporter une valeur ajoutée à l’entrepreneuriat, à la société, à l’humanité… In challah.

Fodil Mahani, “aooneur” dans l’âme

aoonEn mars 2013, Fodil Mahani, diplômé d’un master en informatique de gestion et fort d’une expérience professionnelle dans la finance des marchés et les start-up, crée Aoon.org, la plateforme de financement participatif. Il anime également l’excellente émission Star’Tech diffusée sur OummaTV où il s’entretient avec des entrepreneurs qui ont créé une entreprise innovante. Vous l’aurez compris, que ce soit à travers son entreprise ou son émission, Fodil Mahani a l’œil pour jauger les projets. Quand on lui demande pourquoi il a accepté de soutenir la cause des entrepreneuses musulmanes, il répond :

Les entrepreneuses musulmanes sont discriminées à double titre, par ce que musulmanes et femmes. Alors que ce sont elles qui sont les plus actives dans les associations. Il me parait donc indispensable de donner un coup de pouce à ces femmes compétentes et dynamiques.

Firdaws Delhoum Matallah, l’humain avant tout

Firdaws est thérapeute, formatrice en développement personnel, et en méthodologie de travail : le mind mapping. Elle Equilibre relationneloffre ses compétences en coaching et conseils dans le cadre d’ateliers et sessions sur divers domaines du développement personnel, notamment la communication en milieu personnel et professionnel, en cabinet, à distance (tél, skype) et très bientôt insha Allah (avril ?) via une plateforme web.  
Son but ? Révéler les capacités des participants, leurs redonner confiance et motivation pour aller de l’avant, utiliser leurs compétences de façon optimale, mieux communiquer et acquérir des outils indispensables au quotidien

Pour notre coach, convaincre quand on est une entrepreneuse musulmane se résume à ces points : 

  • Avoir un produit qui répond à un besoin
  • Travailler avec authenticité, en respectant ses besoins et ses priorités
  • Inspirer et respirer l’éthique
  • Etre à l’écoute des besoins et des remarques du client
  • Savoir déléguer

Sokouana Gary, l’entrepreneuse qui fédère

Réseau working girlsFondatrice et présidente du réseau Working Girls, Sokouana Gary est une entrepreneuse du Val de Marne. A 28 ans elle développe son réseau de femmes entrepreneures (42 membres à ce jour) afin de valoriser l’entreprenariat au féminin sur la région. Accompagner toutes ces femmes à faire de leurs idées un projet concret et viable voilà l’ambition actuelle du réseau.
Une bonne candidature selon moi c’est un projet cohérent. Il est essentiel, que les candidates soient en phase avec leurs projets. Je veux rêver à travers leurs histoires et comprendre pourquoi ELLE porte ce projet et pas une autre. Dès lors où je me laisse emporté par ce sentiment de cohérence entre l’entrepreneur et son projet, je serais alors séduite. A vos histoires !

 

Vous l’aurez compris, nous avions a cœur d’embarquer avec nous des personnes d’horizons complètement différents, des professionnels compétents, engagés, qui connaissent l’entreprenariat et qui adhèrent à la cause des entrepreneuses musulmanes. Après tout, cela concerne la communauté !

Le jury est donc dans les starting blocks, voire déjà en course à l’heure où on écrit cet article. Patientons encore une semaine pour connaitre les résultats des délibérations et découvrir les 7 heureuses élus qui auront trouvé grâce à leurs yeux !

Les commentaires facebook