« la femme peut entreprendre , c’est une question de volonté et de ténacité »

Les inscriptions de la quinzaine des entrepreneuse 2015 sont closes et les résultats seront dévoilés la semaine prochaine insha Allah.

On en profite pour faire un focus sur les lauréates 2014, savoir ce qu’elles sont devenues et ce qu’elles nous réservent de beau.

On s’intéresse en particulier à Aminata BASSA la “mascotte” de la quinzaine 2014.

 

etablissement tronga 1

 

Quel impact a eu la quinzaine des entrepreneuses 2014 pour vous ?

Alhamdoulilaye Rab Allahmin, la quinzaine a été très bénéfique pour moi. Dans un premier temps du coté relation humaine, nous avons noué des relations avec les autres sœurs. Nous avons beaucoup échangé sur nos idées. J’ai pu même croiser une des sœurs ici au Burkina Fasso, Moussou de Nappy n’ko et ce fut très émouvant.

Une année s’est écoulée qu’en avez-vous retenu?

La quinzaine nous a permis de comprendre une certaine éthique du commerce et surtout de comprendre que la femme musulmane peut entreprendre. Nous ne sommes pas seules, les femmes commencent à comprendre qu’elles peuvent apporter leur pierre à l’édifice pour l’amélioration des conditions de vie de la femme et surtout des enfants.

Parlez-nous un peu de vos projets en cours et à venir

Depuis lors, je vais tout doucement avec la petite ferme et le lavage. Mais pour le lavage la méchanceté humaine fait que je doit partir. le bailleur me dit qu’il faut que je libère les lieux,  nous sommes allés chez un notaire qui nous dit qu’on ne peut pas obliger le bailleur à me garder. Et le comble de l’histoire, c’est qu’iil me dit qu’il ne veut pas louer à quelqu’un d’autre et la question qui en découle : qui va me rembourser mes investissements ? Le notaire me dit comme ce n’était pas prévu dans le contrat il n’a pas d’obligation envers moi.

Je dit Alhamdoulilaye tout ce que Dieu fait est bon. Nous avons convenu d’un préavis de 2 mois. Inchallah le 10 avril je suis sensée fermer le lavage. Qu’Allah SWA  nous guide.

Actuellement votre projet répond-t-il à vos objectifs de départ ?

Si c’était à refaire je ne pense pas que je procéderais de la même manière. Pourquoi ? Parce que j’ai eu quelques soucis avec les gérants et cela m’a fait comprendre que pour investir il faut être soit disponible ou avoir sous la main quelqu’un digne de confiance, qui a la crainte de Dieu pour gérer. Un des gérants est même allé jusqu’à ouvrir son lavage tout en comptant sur mes contacts.

Alhamdoulilaye, j’ai un frère aujourd’hui qui est venu de la Côte d’Ivoire qui est avec moi et depuis son arrivée les choses se stabilisent et ce n’est que maintenant que je commence à souffler.

Mon frère à déjà commencé à se familiariser avec l’élevage, il ferra un stage chez une de mes connaissances, professeur dans le domaine. En effet cette personne a aussi sa ferme dans le périmètre où se trouve mon terrain. Nous somme déjà entrain de voir dans quelle mesure utiliser certains équipements du lavage à la ferme.

Je pense que je suis dans une phase de réorientation. J’ai compris aujourd’hui que quoi je dois me focaliser, valoriser mon terrain et mettre en place ma ferme qui est pour moi une passion. J’ai foi je m’accroche je ne baisse pas les bras Allah SWA est à mes cotés.

Pensez vous avoir eu un impact sur l’économie locale ?

Oui cela a eu un impact, déjà du fait qu’un des agents à pu économiser et ouvrir sa station de lavage et surtout un impact sur mes amies, qui elles ont compris que la femme pouvaient entreprendre.

Aujourd’hui grâce à ce projet, vous avez acquis une certaine expérience. Qu’en avez vous retenu et quels conseils donneriez vous aux femmes désirant se lancer dans entrepreneuriat en particulier en Afrique ?

Je dirais à mes sœurs Africaines que la femme peut entreprendre, c’est une question de volonté et de ténacité.

Au premier coup on peut échouer mais il faut revoir cet échec, comprendre ce qu’ il s’est passé, qu’est ce qui a été manqué afin de mieux se réorienter. Il faut surtout la disponibilité comme je l’ai déjà dit. Si tu n’es pas disponible et que tu n’as pas quelqu’un de confiance ce sera dur d’avoir un retour sur investissement et surtout d’envisager le projet à l’avenir. Il faut toujours avoir foi et croire en Dieu et en soi, être honnête. L’honnêteté dans le commerce est très importante.

Alhamdoulilaye mes investissements m’ont permis à un moment donné de joindre les 2 bouts de venir en aide à des personnes, même si aujourd’hui c’est comme  un nouveau départ je ne regrette rien, j’ai appris beaucoup de choses j’ai mûri et je suis encore plus confiante aujourd’hui hui qu’auparavant.

On peut y arriver, on peut changer le visage de notre société. Je pense que si la femme arrive à être plus autonome dans son foyer cela réduirait avec l’aide d’AllAH SWA certains fléaux comme les enfants des rues, le taux d’analphabétisme des filles, etc.

Massalam

Merci Aminata d’avoir pris le temps de nous répondre. Qu’Allah vous aide dans vos projets in cha Allah ainsi que toutes les sœurs qui souhaitent faire avancer la communauté.

Les commentaires facebook