“Cette expérience m’a apporté une reconnaissance professionnelle et personnelle”

lauréates-2015 Oum Salim Coutures entre soeurs

source: creativebusinessgirl.fr

Vous rappelez vous de celle qui nous a montrer qu’on peut gagner sa vie sur internet en tant que couturière ? Killya Oum Salim, une parmi les anciennes lauréates du concours des entrepreneuses musulmanes 2015 nous fait l’honneur de nous mettre à jour sur sa vie depuis l’année dernière. Comment avancent ses projets ? Quels impacts a eu ce concours dans sa vie professionnel ? Accompagné de quelques conseils pour les futurs lauréates.

Qu’avez-vous réalisé durant cette année ?

Formation Creative Business Girl

source : creativebusinessgirl.fr

J’ai réalisé le lancement de mon nouveau projet :  creative business girl. C’est une formation destinée à celles qui veulent se mettre à leur compte. C’est principalement destiné à celles qui entreprennent dans la couture mais c’est aussi ouvert à celles qui veulent se lancer dans tout type d’entrepreneuriat artistique ça peut être dans le graphisme, la pâtisserie ou autre.
C’est une formation qui s’étale sur six mois, chacune étant à son rythme. Je suis actuellement en plein dedans al haamdu lilah.

Comment vous est venue l’idée ?

L’idée est venue d’elle-même, à l’époque j’aurais aimé accéder à ce genre de formation. M’inscrire à la formation de Web Muslimpreneurs Academy m’a permis de structurer et booster mon projet.

Que vous a apporté votre participation au concours Akhawate Business et quel souvenir en gardez vous ?

Cette expérience m’a apporté une reconnaissance dans le monde professionnel ainsi que personnel. Mon travail est plus reconnu et c’est ce qui m’a permis de booster ma confiance en moi et en mes projets. Grâce à cette visibilité beaucoup de personnes m’ont contacté pour me féliciter. Au fil du temps mes proches m’ont de plus en plus soutenue, même ceux qui étaient réticents lors de mes débuts.

Quels conseils donnez-vous aux candidates du concours?

Je conseillerais aux sœurs et future lauréates deux choses importantes: croire en ses projets mais, surtout de faire preuve de patience avant de se présenter. L’idéal serait de se présenter en tant que candidate seulement lorsque vous êtes bien prête. Je m’étais présentée l’année précédente, avec un projet pas totalement mis en place et je n’ai pas été sélectionné al haamdu lilah. Cela m’a permis de mieux concrétiser mon projet. Et le travail paie toujours.
On attend de la reconnaissance dès nos débuts mais avec de la patience le travail finit par payer. Plusieurs sites commencent à parler de toi alors que tu n’a rien demandé, tout cela parce que ton travail est valorisé.

Quels sont vos projets pour l’année à venir ?

Lancer un deuxième programme pour celles qui veulent se lancer dans l’entrepreneuriat. Ça sera une formation unique, différente mais proche de la précédente. Je vais lancer une nouvelle session d’inscription.

lauréate-OumSalim-coutureentresoeurs

site: couture-entresoeurs.fr

Le lancement de ce projet s’est-il déroulé comme vous l’aviez imaginé ?

Non. Je n’aurais jamais imaginé que cela allait prendre autant d’ampleur. Mais le “succès” de ce projet a sûrement été dû au fait que le projet en lui-même est intéressant. C’est une formation complète. Je me suis aidée de personnes compétentes, j’ai fait plusieurs partenariats et je me suis inspirée de mon parcours en tant qu’entrepreneuse pour trouver ce qui me manquait auparavant et l’apporter dans ma formation. Je pense que le fait d’avoir fait un tarif de lancement a été l’une des causes du succès.

Quelle est la différence entre une entrepreneuse et une entrepreneuse musulmane ?

On peut être neutre dans notre entreprise ou notre commerce mais, on est censé craindre Allah donc ça doit se ressentir dans notre gestion. En tant qu’entrepreneuse musulmane on doit avoir le bon comportement envers clients et surtout ne pas laisser le travail piétiner sur notre vie spirituelle. Une des choses essentielles est le fait de savoir dire stop, savoir déléguer certaines tâches pour pouvoir adapter son entreprise à sa vie et pas le contraire. Je dois par exemple adapter mes horaire de travail au cours à la maison pour mes enfants car, il ne faut pas oublier qu’on a choisi ce chemin pour mieux vivre notre religion. La différence serait donc une question de priorité, on se rappelle qu’on ne fait pas tout ça que pour l’argent.

Dans le précédent entretien vous dites que votre plus grande difficulté est l’incompréhension de vos proches face à votre travail. Maintenant que vous avez surmonté cette difficulté, quel autre type de difficultés rencontrez-vous ?

L’une des deux difficultés que je rencontre est d’abord l’organisation, que ça soit avec mon travail ou mon entreprise. Être désorganisé peut prendre de très mauvaises tournures quand on est à son compte.

Il y a aussi le comportement. Le fait de patienter avec mes clientes. Quand on fait une formation comme celle-ci, étant donné que c’est un nouveau concept, l’exigence venant des acheteurs est plus grande. L’erreur est à éviter.

Quel est le plus grand bienfait dans votre activité ?

Le plus grand bienfait reste de pouvoir me préserver. Je peux me permettre de travailler de chez moi. Ce bienfait en entraîne plein d’autres : ça me permet de pouvoir m’occuper de mon foyer, de consacrer du temps à mes enfants, de pouvoir gérer mon temps… Cette activité me permet tout simplement de ne pas négliger mes obligations.

Le fait que les jilbeb, abaya, voiles soient de plus en plus demandés maintenant par rapport aux années pendant lesquels vous avez commencé à en confectionner, est-il est un avantage ou un désavantage pour vous ?

L’avantage car ça veut dire plus de client mais désavantage car il y a de plus en plus de concurrence, mais, je trouve qu’il y a beaucoup d’aspects dans le domaine du textile (ou en dehors de ce domaine) à exploiter. On ne trouve pas encore de tout, on peut toujours innover. Par exemple confection Oum K est une boutique de vêtements pour femme consacrée à l’allaitement et à la maternité. Tout en restant dans le domaine des vêtements pour femmes musulmanes on peut aussi se lancer dans le haut de gamme comme l’entreprise Fringadine, ou dans le tissu biodégradable, etc. On peut se lancer dans les kit de naissances, les protections lavables ou toutes autre confection d’accessoires. C’est l’un des points sur lesquels j’insiste le plus dans ma formation. Le fait qu’il y ai de plus en plus de personnes se lancent dans l’entrepreneuriat ce qui est un bienfait.

Retrouvez Couture-entresoeurs sur internet www.couture-entresoeurs.fr et sur facebook Couture entre soeurs.

Les commentaires facebook