“Lancez-vous ! Akhawate Business est un gain de temps, allez chez les sœurs ! “

C’est avec plaisir que j’ai interviewé Kelthoum, directrice d’Esthetik Sunna qui avait participé à la semaine des entrepreneuses 2015Au delà de la business woman, c’est une maman et une épouse investie, Allahoumma barik, et soucieuse d’être sur tous les fronts de manière optimale.

Entre réflexion sur les enfants, le salon, la gestion, la famille et bien sûr le soucis d’adorer au mieux Son Créateur, c’est à vrai dire, un vrai cheminement que notre sœur a opéré depuis cette dernière année qui s’est écoulée. Je vous rapporte ici ce que j’espère être la quintessence de notre échange.

En guise d’introduction…

Le moment auquel nous avions convenu de notre « interlude-introspective » est significatif du rythme d’une mompreneure. En effet, c’est une heure avant de récupérer ses enfants après leur journée d’école, que nous avons commencé notre discussion. Je comprends vite que Kelthoum a vécu une année intense en épreuves, certes, mais aussi en leçon de vie. D’esthéticienne à domicile en passant par un local commercial et une mise en gestion par un tiers, après consultation religieuse et « marital », Kelthoum a pris cette année un virage dans son activité et dans sa réflexion où elle a taché de répondre tant à ses besoins d’organisation personnel qu’à la demande clientèle.

Beaucoup de rebondissements tant professionnels que personnels se sont produits, Kelthoum n’ a pas chômé, elle me confie avoir beaucoup douté et a failli arrêter à plusieurs reprises. Notre sœur s’est accrochée par passion, avec une volonté de bien faire et la pérennisation des liens fraternels qu’elle a construit avec sa clientèle. Elle se rend compte, par la grâce du Seigneur, qu’avec la patience, elle chemine vers un meilleur équilibre en redéfinissant ses priorités professionnelles en fonction de l’évolution de ses réflexions personnelles.

Ses changements personnelles et la perception de son évolution

Kelthoum est reconnaissante d’avoir gagné en maturité et en sérénité. Elle sait qu’elle doit passer par elle pour pouvoir donner mieux aux autres tant dans sa vie personnelle que professionnelle. Elle a effectué une réflexion entre certes l’application de l’éthique dans son business mais surtout dans son foyer en tant que mère et en tant que femme.

Si son affaire lui permet de vivre, je me rends compte que Kelthoum s’était fixée surtout de faire davantage d’efforts sur ses actes d’adoration et maintenant elle remercie Allah de lui  avoir accordé de faire du surérogatoire, qu’Allah lui rajoute et la préserve.

La participation à la semaine des entrepreneuses 2015

C’est un bond dans sa notoriété publique qui a suivi sa participation au concours 2015. Egalement elle me confie volontiers le plaisir qu’elle a ressentie de voir son travail reconnu et récompensé. Partant, elle a continué à nourrir et à travailler sur son projet de franchise d’EsthetiK Sunna.

« Ne rien lâcher » c’est le liet motiv de Kelthoum. « A côté de la difficulté est, certes, la facilité ! » [Sourate 94 l’ouverture ; v. 5]

Au delà des mots et des maux qu’elle relate, je comprends qu’elle incarne complètement cette phrase. Tout en n’en étant pas devenue suffisante, elle déclare que participer au réseau Akhawate Business lui a été un vrai booster, un nid de conseils et de soutien. « Lancez-vous! Akhawate Business est un gain de temps, au lieu d’aller au pôle emploi, allez chez les sœurs ! ».

Ses conseils aux femmes qui font le choix de l’entrepreneuriat

Pour Kelthoum, la possibilité de travailler de chez soi est une réelle plus-value. Elle y a elle-même trouvé une réelle facilité et une plus grande sérénité. Elle nous conseille de savoir s’accorder du temps ainsi qu’à ses enfants. De son point de vue, un local n’est pas forcement un choix pragmatique et rentable à long terme tant financièrement que du point de vue du confort de vie.

De l’importance de la shoura en famille

Alors que Kelthoum traversait son lot d’épreuves, elle a pris la peine de consulter ses enfants. C’est un parti pris que je partage complètement tant il est vrai qu’on mesure, en prenant en compte leurs avis, à quel point le rappel et le bon conseil nous viennent parfois de là où on ne les attend pas du tout ! Gloire à Allah !

Dans sa période de doutes, elle a parlé à ses filles de fermer le salon. Ce qui, à sa surprise avait déclenché leurs pleurs ! Ma sha Allah, les petites étaient soucieuses, entre autres, d’où les sœurs pourraient continuer d’aller se coiffer et prendre soin d’elles. En est éclos un véritable business plan concrètement établi par sa conseillère personnelle en business âgée de 7 ans qui s’est mise à lui expliquer pourquoi il était meilleur pour elles et pour les affaires de travailler depuis la maison. A condition que « la maison soit toujours rangée ! » a-t-elle ajouté.

Après avoir fait les causes et placer sa confiance en Son Seigneur, Kelthoum s’est vue faciliter l’accession à une maison où elle va pouvoir co-installer son salon en toute sérénité  dans le but de contribuer encore plus à cumuler toutes ses fonctions et rôles.

En plus de faire participer ses filles aux décisions importantes, Kelthoum prend à cœur de leur transmettre la fibre entrepreneuriale et ça marche puisqu’elles se voient déjà en fonction de business women qui concilient leurs affaires avec leur religion.

Les mots de la fin

Ce sont dans les nombreuses épreuves que Kelthoum s’est rappelée encore et encore des attributs d’Allah. Elle a profondément ressenti qu’Allah est le Préservateur, le Tout Puissant, le Très Généreux, l’Arbitre, le Juste, le Bon dans l’épreuve, le Témoin, le Vengeur, et l’Equitable.

Elle nous transmet également le conseil pertinent de son époux : “ si il y a un problème dans ton business, remets-toi en question dans ton rapport aux tiens et à ta religion”. Ceci nous invite à adopter une perspective davantage en verticalité dans notre rapport aux épreuves terrestres.

Pour finir Kelthoum me dit avec émotion et sincérité la fierté qu’elle éprouve pour la oumma, pour les sœurs qui se bougent. Pour elle, c’est un bel héritage pour nos enfants que de reconnaître que chacun a son expérience et son don.

Les commentaires facebook