Voyagez en alliant culture et loisirs avec GO-MAKKAH

Nous vous présentons aujourd’hui l’interview de Chokri Saidi, l’entrepreneur à l’origine de GO-MAKKAH. Cette agence de voyage est surtout spécialisée dans le pèlerinage ainsi que le tourisme islamique. La particularité de GO-MAKKAH est aussi la formule proposée sous forme d’Omra combinée avec d’autres villes, notamment Omra et Al Quds (Jérusalem). Découvrez le portrait de cet entrepreneur.

Pouvez-vous nous parler de vous et de votre parcours ?

J’ai 41 ans. Je suis d’origine tunisienne et j’ai fait toutes mes études en Tunisie avant de venir en France. Je suis ingénieur en informatique de formation (bac+5) et j’ai aussi un master en finance. J’ai travaillé en banque d’affaires en tant qu’ingénieur en finance pendant 14 ans avant de démissionner pour me consacrer à Go-Makkah.

Je suis passionné par les voyages et les chevaux. J’ai créé il y a 15 ans le premier club de grands voyageurs arabes qui s’appelle RAHHALAH. Ce club avait pour objectif de motiver les jeunes d’origine arabe à voyager en sac à dos dans le monde.

J’ai aussi créé le Club des hommes d’affaires musulmans de France qui a pour objectif d’aider à réaliser des projets humanitaires.

Vous êtes à l’initiative de GO-MAKKAH, une agence de séjours culturels. Comment vous est venu l’envie de vous lancer dans cette entreprise ?

J’ai fait le pèlerinage en 2007 avec mon épouse et ce voyage est venu après un tour du monde. J’étais déçu que la destination la plus importante pour les musulmans du monde soit un des rares lieux au monde où l’organisation n’était pas conforme à nos attentes. En rentrant en France, j’ai décidé d’apporter mon expérience en voyage, avec ma vision d’amener sur internet l’organisation du pèlerinage à la Mecque ainsi que le tourisme halal.

Ainsi j’ai investi beaucoup d’argent. Et enfin, j’ai créé GO-Makkah qu’on pouvait considérer à l’époque comme un des plus grand portail web, à l’échelle mondiale, dédié au pèlerinage à la Mecque.

Quelles difficultés avez-vous rencontré au démarrage ?

Au démarrage ça a été très dur. Mon projet consistait à créer des boutiques de voyages 100% web. Alors que culturellement les musulmans en France n’étaient pas habituées à utiliser Internet pour ce type de voyage.

Ils avaient l’habitude d’acheter leur pèlerinage dans les mosquées ou même dans la rue. J’étais en avance par rapport aux pratiques. De ce fait, j’ai souffert financièrement vu que l’investissement était grand et ça avançait très doucement. De même pour les voyages culturels, il était difficile de les vendre vu que les musulmans en France n’avaient pas trop l’habitude de voyager en dehors du “bled” l’été. Au final, cela a pris des années pour que les choses bougent, mais aujourd’hui le résultat est très positif.

Comment avez vous surmonté ces difficultés?

Déjà, j’ai dû refaire mon modèle économique plusieurs fois. Pendant deux ans j’avais besoin de fonds donc j’étais obligé de revenir travailler à la banque pour financer le projet. Mais finalement, avec beaucoup de persévérance, de patience et des centaines d’heures de travail, le projet a réussi.

Au bout d’un certain temps, on commençait à recevoir beaucoup de mails, d’appels téléphoniques et j’ai fini par ouvrir 5 points de vente dans deux pays en 3 ans.

Qu’est ce qui vous motive à continuer et aller de l’avant tous les jours?

Sûrement mon sens des responsabilités. Je considère qu’un musulman a le devoir d’assumer ses responsabilités envers sa Oumma.

Un jour Dieu nous demandera ce que nous avons fait avec tout ce qu’il nous a offert : la science, la santé et l’argent. Chacun doit contribuer à améliorer la vie de son entourage comme il peut. Le cercle autour de nous doit être le plus grand possible.

On sera jugé et on rendra des comptes un jour. De plus, travailler dans un milieu qui me permet de m’épanouir en me retrouvant plusieurs fois dans l’année sur les terres saintes, Mecque, Medine et Al Quds est une chance et un honneur pour moi.

Qui sont principalement vos clients?

Nous n’avons choisi de donner que des prestations de qualité élevé. Et notre clientèle est principalement des hommes d’affaires, médecins, ingénieurs, commerçants, étudiants, cadres, politiques ou joueurs de football.

Généralement nos clients viennent d’Internet donc nous avons une belle clientèle cultivée et qui représente les musulmans de France en bonne situation.

Quel séjour vous a marqué le plus?

Al Quds. J’ai visité presque 70 pays dans le monde et j’ai vu des centaines de villes ou villages… Mais aucune ville au monde ne me fait l’effet de cette ville en Palestine occupée. C’est une terre de Dieu où on peut sentir des milliers d’années d’histoire. Et c’est un point de rencontre de toutes les religions et les civilisations du monde.

À Al Quds on parle de Babel, de la Perse, des romains, des arabes. On y entend Al adhan (appel à la prière), dans des rues où mosquée, église et synagogue se côtoient. Al Quds est magique et unique. C’est peut être pour ça que tout le monde se bat pour cette ville depuis des milliers d’années.

Comment envisagez vous l’avenir, en termes de nouveautés par exemple?

En 2017 nous avons lancé deux nouveaux concepts. Nous avons mis en place des tours du monde pas chers en cinq semaines dédiés aux musulmans.

Et nous avons mis en place des voyages stages encadrés qui ont pour objectif d’aider les musulmans à se marier (Moukabala). Nous avons l’objectif de continuer à ouvrir des points de vente dans d’autres régions de France et d’autres pays. Notre but est de hisser GO-Makkah à la hauteur des tours opérateurs équivalents dans le tourisme culturel.

Nous remercions Chokri Saidi pour ces précieuses informations.

Chaque entrepreneur a son histoire, et chaque entreprise est un voyage, avec ses victoires et ses échecs. Le plus difficile est peut être de se lancer dans l’aventure.

Il est possible de se renseigner, demander des conseils, ou réserver votre prochain voyage (ou pèlerinage) via le site web GO-MAKKAHVous pourrez également y trouver les coordonnées des différentes agences.

Les commentaires facebook