« Dans toute situation : vision, travail et endurance »

Prenons des nouvelles des lauréates du Concours des Entrepreneuses Plurielles 2018. Pour débuter, nous avons interviewer Hanane Bey, grand prix du jury 2018 et co-Fondatrice de MeetnMake.

Lors de la dernière édition du Concours des Entrepreneuses Plurielles 2018, une candidate très inspirante par sa détermination et son ouverture d’esprit nous a fait l’honneur de présenter son entreprise MeetnMake.  Une solution RH qui permet à la fois à un candidat de trouver l’entreprise qui correspond à sa personnalité et qui permet à l’entreprise de trouver le candidat qui correspond à sa culture d’entreprise.

Peux-tu te présenter et présenter MeetnMake ?

HB : Je suis Hanane BEY, j’ai 29 ans et je suis la présidente co-fondatrice de la société MeetnMake. Je suis passionnée. MeetnMake est une plateforme de mise en relation entre recruteurs et candidats qui se veut qualitatif. Elle est le croisement entre deux informations essentielles : l’environnement de travail idéal du candidat et celui réellement proposé par l’entreprise.

Il y a un an, tu as participé au concours, raconte-nous comment tu as vécu cette expérience – Qu’as-tu ressenti ?

HB : Je connais les fondatrices du concours et l’équipe organisatrice pour qui j’ai un grand respect. Ainsi, j’ai décidé de tenter l’aventure pour cette année. Le concours récompense des entrepreneures au féminin, dont je fais partie, me faut-il une meilleure raison de participer !

Au moment de proposer ta candidature, qu’est-ce que tu t’es dit ? Qu’est-ce qui t’a poussé à déposer ta candidature ?

HB : Chaque candidature est un moyen de faire rayonner notre concept et surtout notre vision : permettre à toute personne de trouver l’environnement de travail qui lui correspond. C’est ainsi un moyen de partager ce qui me semble important pour notre société-ci et permettre à un maximum de personnes d’être sensibilisées à ce sujet et de voir que des solutions existent. De plus, l’accompagnement et le réseau proposés par le concours est aussi non-négligeable.

Tu as reçu le Grand Prix du jury, qu’as-tu ressenti au moment de l’annonce ?

HB : J’ai ressenti une profonde satisfaction. Nous pourrions penser que cela s’estompe avec le nombre de prix reçus, mais ce n’est pas vrai, du moins pour moi. Derrière chaque réussite et chaque prix se cache des milliers d’heures de travail, de la sueur, de la détermination, du soutien aussi des proches, de l’attente, des efforts qui parfois ne mènent à rien, des tristesses et des joies. C’est un peu tout cela qui me vient à l’esprit une fois que je reçois le trophée.

Un an après, où en est ton entreprise ?

HB : Au moment même où je vous réponds, je suis en déplacement à l’étranger. Cela nous a été suggéré à plusieurs reprises, par des mentors ou encore experts de la fonction RH. D’ailleurs le concours des entrepreneuses plurielles nous a poussé à aller explorer le marché du Moyen-Orient (qui s’ouvre, se développe et s’intéresse énormément aux évolutions RH, nécessaires aussi là-bas). Nous préparons un salon en Arabie Saoudite et à Dubaï dans quelques mois.

meetnmake

 

Quel a été le plus grand frein à ton projet ?

HB : Il existe plusieurs freins. Evidemment, les premières limites sont mentales ; « en suis-je capable ? Qu’ai-je réellement pour réussir ? Et si je ne faisais pas, je n’étais pas, je n’avais pas assez ».

Ensuite, il y a les freins environnementaux : dans quel système déjà établi atterrissez-vous ? Quelles sont les règles peut être inconscientes que les autres connaissent et que vous devez découvrir ?

Enfin, il y a les gens que l’on dérange. Ils seront toujours là, avant, durant ou après et se préparer mentalement à cette charge peut aider à la supporter dans les moments difficiles.

De quoi tu aurais besoin immédiatement pour amener ton projet à un niveau supérieur ?

HB : Actuellement, nous sommes ouverts à la rencontre et mise en relation avec des français au Moyen-Orient (Emirats Arabes Unis et Arabie Saoudite principalement) ; tout particulièrement de Business Angels et des relations gouvernementales.

De quoi as-tu eu besoin en tant que femme entrepreneure ?

HB : Une femme entrepreneure a, d’après moi, besoin de tout ce dont a besoin un homme entrepreneur : un réseau solide, un soutien indéfectible, du challenge dans les idées aussi, de la créativité, une forte confiance en elle et une vision claire.

Penses-tu qu’il est plus difficile d’entreprendre quand on est une femme issue de la diversité ?

Au fond, je pense que les femmes de la diversité ont des forces et des désavantages, comme tout le monde. En comparaison à d’autres, elles auront peut-être plus de barrières érigées devant elles à faire tomber, mais elles ont aussi une plus grande résilience et force de caractère pour pouvoir tenir. Cela s’applique certainement à tout type d’entrepreneur, en réalité tout le monde a des forces et des faiblesses qui dépendent de ses croyances, de son environnement, de son passé, de son présent, de son entourage etc.

Quelle femme t’inspire ou est ton modèle ?

HB : Je dirais les femmes de ma famille. Au départ, c’était ma mère, car elle avait un foyer et un boulot et arrivait à concilier les deux. Grandir avec cette figure avait un impact sur moi. Ensuite, ça a été ma grand-mère (paix à son âme) qui était une femme respectée et respectable. Elle avait de la poigne et de l’empathie et m’inspire encore aujourd’hui pour garder le cap, et l’équilibre entre ces deux notions importantes pour être une bonne chef d’entreprise d’après moi.

A présent, je m’inspire de la femme que je souhaite devenir et comment je l’imagine. Je connais mes forces et mes limites et je sais de quoi je suis capable.

Quels sont tes Leitmotiv au quotidien ?

HB : Pendant de nombreuses années, je me disais dans les moments complexes « tu es comme Hulk (mon héros). Lui n’aurait pas abandonné ! Lui a la force de continuer, eh bien tu es comme lui. » Aujourd’hui… je me dis que c’est lui qui est comme moi !

Que signifie la réussite pour toi ?

HB : Je vais mêler ma réponse à une phrase de Jacques Attali qui me parle : d’après moi la réussite « c’est faire ce que personne d’autre ne peut faire aussi bien que moi, qui est utile à l’humanité » et pour lequel je suis reconnue/une référence.

Quels conseils donnerais-tu aux porteuses de projet ?

HB : Je leur conseillerais tout d’abord de prendre le temps de se connaître, de s’apprécier et de croire en la valeur qu’elles peuvent apporter. Personne ne le fera pour elles si elles ne se connaissent pas elles-mêmes.

De plus, je leur dirais de construire leur vision, claire et précise, ressentie dans les tripes, car celle-ci les accompagnera toujours et sera leur balance interne et la flamme qui ne s’éteint pas.

Enfin, j’insisterai sur le fait d’être accompagnées. Vous ne pourrez pas tout faire ni tout savoir, alors faîtes d’une de vos forces celle de savoir vous entourer !

On peut lire sur le site MeetnMake que si tu étais un film, tu serais le Seigneur des Anneaux, pourquoi ?

HB : C’est tout simplement ma trilogie de films préférée. On y retrouve une histoire, des personnages (des Hommes) auxquels s’identifier, leurs combats, leurs joies et leurs pertes. On y retrouve aussi des rêves et la réalité, de la noirceur et de la méchanceté mais aussi de la beauté et de la magie. En réalité, s’y trouve tout ce qui compose nos vies et je trouve cela extrêmement inspirant. Je le conseille à absolument tous, il est une fenêtre sur notre propre âme !

Merci à Hanane Bey pour son témoignage sur ce concours des entrepreneuses plurielles. Toute l’équipe AkB lui souhaite de réussir ces prochains challenges.

Et si tu étais la prochaine lauréate du Concours 2019 ? Inscris-toi et envoie ta candidature avant le 9 mars 2019. La finale se tiendra le 27 avril 2019 à la Fondation Deloitte.