L’optimisme et la motivation sont toutes deux sources de bien-être extrême au quotidien. Elles font partie des émotions positives qui ont un impact sur la santé au sens large. C’est ainsi que certaines études ont prouvé que les gens optimistes et motivés en tout point vivaient plus longtemps et étaient les plus heureux.

La motivation, à elle-même, est source de vitalité : elle influence positivement la santé mentale donc la santé physique. Tout est lié.

Comme tout, la motivation et l’optimisme sont des notions qui s’apprennent, qui se cultivent et donc des choses sur lesquelles il faut travailler !

Nous allons donc voir ça ensemble et comment les apprivoiser.

L’optimisme

On relègue souvent cette notion d’optimisme à celle de naïveté : c’est une grande erreur ! Là n’est pas la question de « tout le monde est beau, tout le monde est gentil », l’optimisme est un réel état d’esprit ayant des impacts positifs sur la réalisation de nos objectifs.

La notion de permanence, la tendance à généraliser et la personnalisation

Pour l’optimiste, les circonstances favorables sont permanentes. Il dira davantage : « Je suis né sous une bonne étoile » et en difficulté, plutôt quelque chose comme « Le marché du travail n’est pas bon en ce moment ». Alors que le pessimiste s’enfoncera dans des pensées telles que « Je n’y arriverai jamais » ou en état de bonheur : « L’ancien responsable a démissionné, il n’y avait pas d’autres choix que de me choisir pour le remplacer car je suis le seul à connaître le boulot »

L’optimiste a une vision particulière et spécifique de ses problèmes. Il ira davantage sur des dires tels que « je n’étais pas en forme le jour du match » ou « en ce moment je ne m’entends pas bien avec ma sœur ». Le pessimiste de son côté, s’engouffrera dans des choses comme « je suis bête », « je ne m’entends avec personne ». Il opte donc pour une vision généraliste du problème.

L’optimiste, et ce sur quoi il faut aller, réagira avec une vision extérieure lorsqu’il rencontrera un problème. Il extériorisera la difficulté. Ainsi, lorsqu’il vivra une situation de réussite il dira : « j’ai gagné le match car je me suis bien entraîné » alors que le pessimiste ajoutera « j’ai gagné le match car l’équipe adverse était fatiguée aujourd’hui »

 Cultiver l’optimisme et chasser le pessimisme

 

 

Passer d’une vision pessimiste à une vision optimiste nécessite du travail et d’ancrer en soi des notions importantes, des choses à garder en tête et à appliquer :

  • Cesser de ruminer le passé

Le passé, par définition, est derrière nous. Si on s’y réfère, c’est simplement pour son côté positif !

  • Reconnaître sa propre responsabilité dans les événements heureux

Il s’est passé quelque chose de bien ? Analyse ta participation et félicite toi !

  • Exploiter ses forces de caractère

Tu as en toi des choses sur lesquelles tu cartonnes plus que d’autres, on est tous pareil. Sélectionne les et focalise toi dessus !

  • Apprendre à voir le monde de façon positive

Pas facile, mais à chaque événement un bien, force toi et tu trouveras la sagesse !

  • Diminuer les pensées négatives

On ne demande pas ici de les supprimer, ni de les chasser violemment mais simplement d’essayer de faire en sorte de les diminuer. Voir qu’à la place d’une pensée négative systématique, se cache une positive qui nous fera avancer.

  • S’entourer de personnes positives et optimismes

La base ! Tu es connecté à un entourage que tu le veuilles ou non alors profites-en tant que tu peux le choisir !

  • Chasser les croyances limitantes et la peur de l’échec

Cela demande une analyse profonde de soi, je te l’accorde. Mais penses-y et essaie de te poser les bonnes questions : qu’est ce qui fait qu’à cet instant je bloque ? Pourquoi ça me fait peur ? Comment avancer en contournant cet obstacle?

Attention : Dans certaines situations, notamment en tant qu’entrepreneur, il n’est pas bon d’adopter un discours trop optimiste. Des circonstances bien précises peuvent amener à laisser l’optimisme de côté, par exemple lorsqu’il faut planifier un avenir risqué et incertain. Il sera prudent d’examiner les conséquences d’un scénario négatif. À vouloir être trop optimiste, il y a un risque de ne pas faire une analyse poussée et globale de la situation.

La motivation

Notre rédactrice Sevgi avait écrit un super article sur la motivation des entrepreneurs et comment rester motivé. Ici nous verrons un aspect globale de cette notion, comment y être sensible, la travailler et des outils à adapter à son quotidien.

 

 

Sensibilisation à la motivation journalière

La théorie de l’auto-motivation est une notion clé dans l’atteinte du bonheur et du bien-être. Il est donc important de la cultiver.

Pour cela, il faudra prendre le temps afin de déterminer ce qui te motive durant tes journées. Qu’est-ce qui t’excite ? Quels facteurs t’influencent ? Comment décides-tu ? Quelles actions tu veux entreprendre ?

Arrête toi plusieurs fois dans la journée et pose toi ces questions : Que suis-je en train de faire ? Pourquoi est-ce que je le fais ? Qu’est-ce que je sens en ce moment par rapport à l’activité que je suis en train de réaliser ?

Par exemple, Qu’est ce que je suis en train de faire ? Je nettoie la salle de bain. Pourquoi est -ce que je le fais ? Pour que ce soit propre. Qu’est-ce que je sens en ce moment par rapport à l’activité que je suis en train de réaliser ? Je n’aime pas trop mais je sais que lorsque j’aurai fini je serai apaisé à l’idée d’avoir une salle de bain propre et d’avoir aidé aux taches ménagères.

La motivation est donc partout dans le quotidien et en y travailler on s’aperçoit que l’on peut vite créer des émotions positives autour de chacune de nos activités même si de base ce n’est pas forcément quelque chose de très agréable.

Lutter contre la procrastination

La procrastination est le véritable ennemi de l’action et de la motivation. Il s’agit de l’art de toujours repousser au lendemain ce qui peut être fait aujourd’hui. Autrement dit, ce sont toutes les contraintes, les pensées qui hantent notre esprit à la simple idée de se mettre à l’action. Mais on le sait, l’action ne se fera pas toute seule et le fait de la repousser constamment aggravera tout simplement le problème.

Il y a une logique de démarche dans la lutte contre la procrastination.

Tous nos contraintes trouvent un malin plaisir à hanter notre présent  nous empêchant ainsi de vivre pleinement. C’est une des plus grandes sources de stress, car nous avons toujours l’impression d’être débordé ou que notre vie se résume à un enchaînement de contraintes.

Le gros souci, c’est que ces sensations nous bloquent et diminuent notre énergie. Résultat : nous n’avons plus la motivation pour agir et atteindre nos vrais objectifs qui eux, seront source de plaisir.

 

Des outils pour cultiver optimisme et motivation

Utiliser les « To-do list »

On ne le répétera jamais assez, c’est un outil essentiel lorsqu’on veut s’organiser. Un des premiers à mettre en place. Il s’agit tout simplement de rédiger une note, sur papier ou sur téléphone, sous forma de liste. Une “to-do list” par jour, par semaine, comme on le souhaite! Suffira par la suite de la suivre, de réaliser les taches en question et de les barrer/supprimer lorsque celles-ci seront effectuées. Un : la tâche est faites et plus à refaire (ça sort du cerveau qui bouillonne ^^). Deux : le bonheur absolu d’avoir réalisé une tâche (et donc pousse à continuer pour retrouver cette sensation si positive)

Beaucoup pensent que c’est une mauvaise chose car on n’y met, sur cette liste, que des choses soûlantes à faire. Et bien non ! Tu peux aussi t’organiser dans des choses cool à faire : m’inscrire pour le marathon, appeler ma meilleure amie pour son anniversaire, chercher une pièce de théâtre pour une sortie en amoureux, etc.

Ne plus parler de ses objectifs au conditionnel

Le conditionnel est une mauvaise chose car il n’accompagne pas l’action.

Il faut transformer toutes les phrases susceptibles de nous bloquer dans la réalisation de nos envies ou dans la mise en place de nos objectifs. Il faudra donc reformuler ces phrases en utilisant des verbes d’action, jusqu’à ce que cette habitude devienne un réflexe pour nous.

Ainsi, “J’aimerais tellement partir en vacances cet été…” deviendra « Je veux partir en vacances » ou « Je vais partir en vacances ». Puis “Je voudrais bien me mettre au sport…” deviendra  “Je me mets au sport dès ce week-end » et “J’aimerais avoir du temps pour lire…” deviendra “Je vais prendre le temps de lire tous les soirs »

 

 

Prendre soin de soi en général

Bien dans sa tête, bien dans son coprs ? Un esprit sains dans un corps sain ? Je dis oui mais l’inverse est tout aussi vrai ! Si tu te sens pas bien, mal dans ton corps, ça influencera forcément sur ta motivation au quotidien, ton envie de bouger, de faire, de réaliser. Lève toi, coiffe-toi comme tu en as envie, fais toi un petit footing si tu en ressens le besoin, prend le temps de te pomponner. Ainsi, tu auras envie d’avancer avec toi-même. L’image que tu aura de toi sera bénéfique et tu n’aura plus que l’envie de poursuivre tes rêves !

Réajuster régulièrement ses objectifs

Nos objectifs évoluent, il est important de faire régulièrement le point. Notre environnement changent, nos envies, nos possibilités, il faut donc faire une mise au point. C’est trop dur? Divise ton objectif. Tu ne te sens plus trop en adéquation avec ton envie initiale ? Modifie la, fais la évoluer.

N’oublie pas que l’objectif final c’est quoi finalement ? Etre heureux !