En France, il existe une multitude de métiers très divers. L’Insee (Institut national de la statistique et des études économiques) propose un système de classement de ces métiers. Il s’agit de la nomenclature des catégories socioprofessionnelles (CSP) qui permet de mieux décrire la société. Il existe plusieurs catégories socioprofessionnelles. Dans cet article, nous verrons comment sont construites les professions et les catégories socioprofessionnelles.

Ce qu'il faut retenir :

  • L'Insee propose une nomenclature des catégories socioprofessionnelles (CSP) pour mieux décrire la société en fonction de l'activité professionnelle de la population.
  • Les métiers sont classés en 486 types de métiers appelés professions, regroupées ensuite dans des catégories socioprofessionnelles (CSP) et des groupes socioprofessionnels (GSP).
  • Les CSP sont construites en fonction du statut (indépendant ou salarié) et du secteur d'activité (primaire, secondaire ou tertiaire) pour les indépendants, et du niveau de qualification (très qualifié, intermédiaire, peu qualifié) pour les salariés.
  • Les CSP sont utilisées par l'Insee pour mieux décrire la société lors de ses enquêtes auprès des ménages et sont également utiles aux entreprises pour créer des offres adaptées à chaque audience.
  • Les CSP comprennent également des groupes d'inactifs tels que les retraités et les chômeurs.

Qu’est-ce que les CSP ?

Les catégories socioprofessionnelles forment un ensemble en rapport avec l’activité professionnelle de la population. Ces catégories regroupent toutes les personnes dont le métier, l’activité économique, la qualification, la position hiérarchique et le statut (public ou privé) se ressemble.

La nomenclature des catégories socioprofessionnelles (CSP), créée en 1954 par l’Insee, se nomme aujourd’hui la nomenclature des professions et catégories socioprofessionnelles (PCS) suite à la redéfinition du concept par l’Insee en 1982.

Comment sont classés les métiers selon la nomenclature des PCS ?

L’Insee classe la multitude de métiers en 486 types de métiers appelés professions. Il s’agit des personnes en emploi ou recherchant activement un emploi. Les professions sont regroupées dans un groupe plus large appelé catégories socioprofessionnelles (CSP). Il y a 24 ou 42 CSP en fonction du niveau de précision retenu par l’Insee. Les CSP sont à leur tour regroupées dans 8 groupes socioprofessionnels (GSP). Le but de l’Insee est d’établir 8 GSP socialement homogènes.

Quels sont les critères de construction selon l’Insee ?

Il existe trois critères de construction CSP selon l’Insee. Tout d’abord, l’institut sépare la population active selon le statut : il sépare les indépendants des salariés. Les indépendants sont classés selon le secteur d’activité : secteur primaire d’une part et secteur secondaire/tertiaire d’autre part. Les salariés quant à eux sont classés selon leur niveau de qualification : très qualifié, intermédiaire, peu qualifié.

L’Insee regroupe la population active entre les indépendants qui sont établis à leur propre compte, et les salariés qui sont soumis à lien de subordination avec un employeur. Le secteur primaire chez les indépendants regroupe les agriculteurs exploitants. Le secteur secondaire et tertiaire regroupe les artisans, les commerçants et les chefs d’entreprise.

Les très qualifiés chez les salariés sont regroupés avec les professions libérales qui sont indépendantes, mais ayant un très niveau de qualification. Ils forment la catégorie cadres et professions intellectuelles supérieures. Les professions intermédiaires (cadres moyens) sont les groupes des qualifiés. Enfin, les peu qualifiés, issus des tâches de manipulation, sont appelés les employés. Les peu qualifiés effectuant des tâches de transformation sont appelés les ouvriers.

Aux groupes de socioprofessionnels d’actifs s’ajoutent deux groupes d’inactifs. Il s’agit d’une part des retraités et d’autre part les autres personnes sans activité professionnelle. Remarquons toutefois que les chômeurs sont classés parmi le dernier groupe d’inactif.

Les CSP : une utilité aux entreprises

Le premier intérêt des CSP est de pouvoir disposer d’un outil permettant de mieux décrire le fonctionnement de la société en fonction de milieux sociaux plutôt homogènes. Voilà pourquoi l’Insee utilise les CSP lorsqu’il réalise ses enquêtes périodiques auprès des ménages et notamment pour le recensement de la population.

Toutefois, les CSP ne sont pas seulement nécessaires pour décrire la société. Elles sont également utiles aux entreprises. Les sociétés commerciales, grâce à l’existence et à la valorisation des CSP, les entreprises commerciales peuvent créer des offres de qualité, qui seront très bénéfiques sur le plan marketing. Elles pourront créer des offres adaptées à chaque audience.