Savez-vous que près de 25 % des émissions de gaz à effet de serre en France proviennent du secteur du bâtiment ? La rénovation énergétique des logements constitue la principale solution pour y remédier. Concernant également les copropriétaires, elle offre des avantages non-négligeables, relatifs notamment à la réduction des factures énergétiques, l’amélioration du confort et l’augmentation de la valeur patrimoniale de vos biens.

Isolation des planchers bas

Pour réduire les dépenses énergétiques de votre copropriété, vous devez commencer par revoir vos planchers bas. Effectivement, cette zone constitue un point sensible pour les déperditions de chaleur surtout si elle n’est pas protégée d’une façon correcte. Les travaux d’isolation protègent notamment l’intérieur de votre maison ou immeuble du froid extérieur, ce qui réduit aussi vos dépenses en chauffage : il existe différentes façons d’isoler les planchers bas de votre logement avec hellio.com, par exemple, et de réduire votre facture d’énergie. Les travaux s’effectuent au niveau des plafonds du sous-sol et prennent souvent deux formes.

  • L’installation de plaques de laine au niveau des chevilles. Cette solution est adaptée aux surfaces régulières.
  • La diffusion de laine minérale. Cette technique est réservée aux plafonds avec des irrégularités. Elle convient également à tout type de canalisations.

Les atouts de l’isolation des planchers bas concernent la réduction de 10 % des dépenses énergétiques en moyenne ainsi que la sécurisation de votre copropriété.

Isolation ouvrant droit à des financements de l’État

L’État encourage les copropriétaires à transformer leurs logements énergivores en bâtiments basse consommation. Ainsi, les travaux éligibles bénéficient d’un financement allant jusqu’à 100 % de la totalité des dépenses.

Isolation des murs

En plus de la réduction des déperditions thermiques, les travaux d’isolation thermique des murs par l’extérieur (ITE) rendent vos façades étanches aux infiltrations d’air tout en revalorisant le patrimoine. Les actions sont basées sur l’installation d’un isolant sur les murs extérieurs. Selon vos besoins particuliers, le professionnel chargé de l’isolation de votre copropriété peut procéder à l’installation d’un enduit ou d’un bardage, sans oublier le revêtement final. Notez que l’isolation supplémentaire au niveau du ravalement de façade ouvre droit à un financement par les Certificats d’Économies d’Énergies (CEE).

isolation thermique des murs

Isolation des combles

La chaleur intérieure a tendance à s’échapper par la toiture d’un logement en copropriété. Il est donc impératif d’isoler les combles. Pour ce faire, les experts dans le domaine adoptent la méthode par soufflage. Elle permet d’injecter de la laine minérale au niveau des combles perdus. Il s’agit aussi d’une action éligible au dispositif CEE.

Isolation des points singuliers

L’isolation des points singuliers consiste à éliminer les ponts thermiques et réduire la consommation d’énergies dans certains équipements techniques :

  • vannes
  • robinets
  • compteurs
  • réducteurs
  • points chauds

Action complémentaire au calorifugeage, cette technique d’isolation est basée sur la pose de laine minérale en vue d’une réduction des pertes thermiques dans des endroits spécifiques. Cette opération ouvre aussi droit au financement jusqu’à 100 % de l’État.

Isolation : conditions pour bénéficier des aides financières

Vous devez faire appel à une entreprise Reconnue Garante de l’Environnement (RGE) pour bénéficier des subventions de l’État. Avec cette qualification, elle dispose de toutes les compétences nécessaires en amélioration énergétique. Une entreprise RGE est aussi en mesure de répondre aux normes en vigueur en matière d’isolation des combles et murs de votre copropriété.

Isolations des toitures terrasses

En réalisant des travaux d’isolation des toitures terrasses de votre copropriété, vous pouvez réduire votre facture de chauffage jusqu’à 20 %. Cette action met la couche extérieure à l’abri des variations de température et de leur impact négatif sur leur état en général, ce qui allonge sa durée de vie.

Il existe deux techniques d’isolation de toitures terrasses des logements collectifs :

  • l’installation d’isolant entre le pare-vapeur et la couche d’étanchéité
  • la mise en place d’un isolant sur une couche d’étanchéité existante

Seul un professionnel en rénovation énergétique d’une habitation est en mesure de prendre en charge les différentes étapes d’isolation de vos toitures terrasses.

Déroulement de la rénovation d’un logement en copropriété

Si vous souhaitez améliorer l’efficacité énergétique de votre maison, vous devez contacter une entreprise RGE. À la suite de votre demande, un expert intervient en tenant compte des informations que vous avez communiquées à l’avance. Celui-ci procède, par la suite, à une visite technique. Le but étant de réaliser un diagnostic énergétique de votre copropriété et d’inspecter les éléments à isoler.

Un professionnel de la rénovation énergétique vous tiendra également au courant de toutes les aides financières dont vous pouvez bénéficier. Il n’hésitera pas non plus à vous proposer un devis personnalisé, en fonction des travaux d’isolation à effectuer. À la suite de votre accord, l’entreprise spécialisée en isolation se charge du chantier.

L’équipe vous accompagne dans chacune des étapes de la réalisation de vos projets d’isolation jusqu’au versement de votre prime. Elle peut aussi vous prodiguer des conseils d’ensemble pour améliorer l’efficacité énergétique de votre copropriété.

Que dit la loi sur les travaux d’isolation en copropriété ?

Le dispositif Grenelle 2 oblige les copropriétaires à effectuer un diagnostic de performance énergétique (DPE) collectif de leur bien immobilier. Les travaux d’isolation sont alors obligatoires pour répondre aux exigences de la loi de la copropriété.

Selon le décret n° 2016-711 du 30 mai 2016, entrée en vigueur dès le 1er janvier 2017, les travaux d’isolation sont obligatoires en cas :

  • d’aménagement de combles ou de garages
  • de rénovation de toiture
  • de ravalement de façade

Les mesures du dispositif Alur quant à elles, imposent la réalisation d’un diagnostic technique global (DTG) dans le cadre de la mise en copropriété d’un bâtiment. Il doit, par la suite, s’effectuer tous les 10 ans. Le DTG inclut obligatoirement un bilan énergétique du logement, notamment un DPE ou un audit énergétique. À noter que le bilan vise à encourager le syndic des copropriétaires à passer à la rénovation énergétique de leurs logements.

Pour réduire significativement vos frais de copropriété et votre facture énergétique, vous devez améliorer l’efficacité énergétique de votre logement collectif. D’ailleurs, l’isolation thermique des murs par l’extérieur est imposée par la loi, tout comme l’aménagement des combles. Ces travaux permettent de réduire les émissions de gaz à effet de serre qui sont en lien avec l’utilisation abusive des appareils de chauffage et de climatisation. Ils améliorent également le confort de votre habitation.