Ouvrir une franchise peut être une bonne option, à condition d’en choisir une qui soit rentable. Pour ne pas vous tromper dans votre choix, la prudence est de mise. Il convient d’étudier les différents avantages d’une franchise avant de vous lancer. Quels sont les éléments à prendre en compte lors de l’analyse des points forts d’une franchise ?

Ce qu'il faut retenir :

  • Les frais d'entrée sont un critère important dans le choix d'une franchise, avec des montants variant de 0 à 50 000 euros.
  • L'analyse de l'offre et de la demande est essentielle pour déterminer la rentabilité d'une franchise.
  • L'accompagnement par le franchiseur est obligatoire mais peut varier en termes de soutien technique, juridique, commercial, etc.
  • La présence ou l'absence de locaux peut influencer les besoins en communication et les coûts financiers d'une franchise.
  • Certains concepts de franchise, comme l'immobilier sans agence, permettent de réduire les frais fixes et d'attirer plus de clients grâce à des tarifs attractifs.

Les frais d’entrée

Les frais d’adhésion constituent l’un des premiers critères à prendre en compte dans l’analyse des avantages d’une franchise. Il s’agit d’une somme versée au franchiseur par le franchisé, en échange du droit d’utiliser sa marque, son concept et sa réputation. Le versement doit être effectué au moment de la signature du contrat de franchise. Pour en apprendre davantage à ce sujet, vous pouvez par exemple essayer de devenir franchisé Dynabuy ou de choisir d’adhérer à une autre franchise.

Également appelé redevance initiale forfaitaire ou RIF, le droit d’entrée sert à couvrir les éléments mis en place en amont par votre franchiseur. Ces éléments vous seront utiles ultérieurement et vous permettront de réaliser des bénéfices. En d’autres termes, il s’agit de la rémunération du franchiseur pour le travail qu’il a effectué préalablement, pour le développement de son concept. Le montant varie de 0 à 50 000 euros, en fonction du réseau concerné. Il est important que vous puissiez comprendre à quoi correspond la somme versée. Votre franchiseur doit pouvoir en justifier le montant.

La plupart du temps, le droit d’adhésion comprend le coût d’une formation initiale pour une durée moyenne de 20 jours. Cette durée peut faire l’objet d’une prolongation, selon le secteur d’activité choisi. Si tel est le cas, des coûts supplémentaires peuvent être perçus par le franchiseur. Il vous appartient de vérifier s’ils sont justifiés en consultant le programme de formation.

analyse points forts entreprise

L’offre et la demande

L’analyse de l’offre et de la demande constitue également l’une des clés de la réussite de l’investissement dans une franchise. Tous les ans, un chiffre d’affaires de plusieurs milliards d’euros est réalisé par les réseaux de franchise. Bien que toutes les franchises peuvent vous rapporter des bénéfices, il est en effet important d’identifier les secteurs les plus rentables. Pour cela, vous devez analyser le chiffre d’affaires moyen réalisé par les différents secteurs.

Pour bien évaluer l’offre et la demande, il convient d’effectuer une étude de marché. Fiez-vous à l’expérience de la tête du réseau de la franchise et aidez-vous également des franchisés. Vous vous ferez ainsi une idée plus précise de la situation du marché, ainsi que des revenus potentiels. Notez que vous pourrez rencontrer quelques difficultés à récolter des informations auprès des franchisés. Il vous faudra donc vous montrer persévérant. Vous devrez disposer de toutes les données concernant le secteur entier (celles de l’enseigne et des concurrents inclus) pour effectuer une analyse complète. Ce faisant, vous déterminerez si votre franchiseur et son réseau sont rentables et si le ratio est bon ou non.

L’accompagnement par le franchiseur

Quand vous intégrez une franchise, sachez que votre franchiseur a une obligation d’assistance envers vous. Cependant, sachez qu’un bon accompagnement peut être un atout non négligeable, voire nécessaire, quand vous débutez dans une franchise. Cette assistance se décline sous différentes formes : technique, juridique, commercial, comptable… Il y a lieu de préciser que l’accompagnement doit être effectif pendant toute la durée du contrat.

L’obligation d’assistance du franchiseur comprend la phase de prélancement, au cours de laquelle le franchisé aura besoin d’aide. Cependant, bien que l’accompagnement soit souvent complet, il ne peut se substituer à vos démarches d’entrepreneur. Vous restez en effet le seul maître à bord de votre navire. D’ailleurs, la plupart des têtes de réseau estiment que certaines étapes clés, comme l’étude de marché, doivent être réalisées par les franchisés. Toutefois, d’autres pensent qu’ils doivent malgré tout leur fournir un état de marché.

Notez également qu’il est important que les franchisés effectuent eux-mêmes certaines tâches. Par exemple, en ce qui concerne les comptes prévisionnels, le franchiseur ne peut qu’offrir une assistance limitée. Il appartient au franchisé, en tant qu’entrepreneur individuel, de s’en occuper. Il en est de même en ce qui concerne le montage du dossier financier. C’est au franchisé qu’il revient de convaincre les banquiers du potentiel de son projet. De plus, les risques de rejet du dossier sont moins importants si le travail a été effectué par le franchisé, plutôt que par quelqu’un d’autre.

Une fois tous les préparatifs terminés, vient alors la phase du lancement de l’activité. Durant cette étape cruciale, le franchisé doit être accompagné par son franchiseur. Il est en effet important que celui-ci l’épaule pendant ce moment clé. Si certaines têtes de réseau proposent des animateurs pour aider leurs franchisés, d’autres préfèrent envoyer du personnel supplémentaire en renfort.

Quant au personnel de l’entreprise du franchisé, la plupart des têtes réseau affirment aider dans le processus de recrutement, uniquement à la demande des franchisés. Ils ne peuvent pas systématiquement le faire sans se rendre coupables d’ingérence dans l’entreprise de ces derniers. D’ailleurs, certains franchiseurs se limitent à la fourniture de fiches de postes, d’une grille d’évaluation, etc. Cependant, certains se permettent d’assister, voire de participer aux entretiens d’embauche. Néanmoins, la décision finale n’appartient qu’au franchisé.

accompagnement franchise

La présence ou l’absence de locaux

Bien que l’existence d’un local puisse s’avérer utile dans le cadre d’une franchise, certains concepts ne nécessitent toutefois pas d’en disposer. De plus, en l’absence de loyer à payer et de bien immobilier à acheter, les bases financières sont plus saines, ce qui facilite le lancement du projet. Malgré tout, il y a lieu de noter que les besoins en communication sont plus importants quand le franchisé ne dispose pas de local. L’absence d’adresse physique nécessite en effet le recours à des moyens de communication conséquents pour faire connaître l’entreprise. Ainsi, il se peut que vous ayez besoin d’investir par exemple dans le référencement internet ou le publipostage pour attirer l’attention de clients potentiels.

À titre d’exemple, dans le secteur de l’immobilier, un nouveau concept a vu le jour. Il s’agit de l’« immobilier sans agence ». Le principe est simple : les mandataires immobiliers travaillent depuis chez eux. De cette manière, l’entreprise supporte moins de frais fixes et cela se répercutera dans leurs tarifs. Comme les prix sont attractifs, cela permet d’attirer davantage de clients potentiellement intéressés par les différentes offres qui sont proposées.